Personnes âgées en 2030, le 1er rapport du Think Tank Matières Grises.

Quel sera l’état de santé des « vieux de 2030 » ? Quelle sera leur espérance de vie ? Comment évolueront leurs revenus et leur patrimoine ? Sur quels territoires vieilliront demain les français et dans quels types de zones (urbaine, péri-urbaine, rurale) ? Quels seront leurs profils sociologiques, quels seront leurs aspirations et leurs besoins ?

Ce sont les questions auxquelles, la 1ère étude du Think Tank Matières Grises, se propose de répondre pour brosser un portrait des personnes âgées en 2030 et de leurs attentes. Le Think Tank Matières Grises cherche à mettre en relief un corpus de données utiles au débat public qui s’ouvre sur le financement de la perte d’autonomie, dans la perspective de la loi annoncée pour fin 2019.

Découvrez des extraits de ce rapport :

« La triple massification du vieillissement

L’augmentation quantitative de la population âgée est un phénomène connu et identifié par tous depuis longtemps. Elle repose d’abord et avant tout sur l’augmentation continue (mais jusqu’où ?) de l’espérance de vie. Mais le vieillissement n’est pas un phénomène uniforme. On peut en effet considérer schématiquement 3 types de vieillesse, chaque stade ne correspondant évidemment pas à des limites d’âge identiques pour tous. Seule certitude : dans les années à venir, une triple massification va s’opérer :
• celle, évidente, du nombre de personnes âgées dans leur ensemble : c’est l’effet démographique
• celle, prévisible, du nombre de personnes âgées dépendantes : c’est l’effet épidémiologique
• celle, moins visible, aux contours plus flous mais aux enjeux essentiels, du nombre de personnes âgées en fragilité, c’est-à-dire dans un moment dont la réversibilité est possible et doit être recherchée.

Où vieilliront les français en 2030 ?

Au-delà de la question du nombre et de l’état de santé et de dépendance des personnes âgées à l’horizon 2030, il est important de savoir où les Français vieilliront demain sur le territoire français. D’abord parce que le vieillissement est vécu, par les individus concernés et leurs proches, à l’échelle d’un territoire, d’une ville voire d’un quartier. Ensuite parce que les données nationales ne doivent pas masquer les fortes disparités régionales, départementales et même infra-départementales qui permettent d’affirmer que dans certains territoires le défi du vieillissement sera bien plus accentué qu’ailleurs. Problématique qu’on pourrait résumer ainsi : dis-moi « où » tu vieilliras, je te dirai « comment » tu vieilliras.

Personnes âgées en 2030 : des revenus en hausse

Le niveau des revenus d’une personne âgée conditionne évidemment sa faculté à se procurer des produits et services (aide à domicile, recours à un établissement, adaptation de son logement, appareillages…) de nature à pourvoir à sa fragilité au-delà des aides publiques qui peuvent exister. C’est le fameux débat sur le « reste à charge » qui devrait être au cœur du débat législatif de 2019. Mais les approches par la fragilité, comme les constats régulièrement formulés sur les inégalités du système de santé, indiquent que le niveau de revenu est aussi un déterminant essentiel de l’espérance de vie en bonne santé et de la survenance de la perte d’autonomie. C’est pourquoi l’évolution attendue des revenus et du niveau de vie des retraités, parfois sujette à inquiétudes plus ou moins fondées, doit être suivie avec attention.

2030 : une révolution sociologique ?

Autant les données démographiques, épidémiologiques ou de revenus peuvent s’illustrer, de façon plus ou moins précise, par des statistiques chiffrées. Autant les éléments de nature sociologique sont compliqués à objectiver, a fortiori de manière prospective. Pourtant, les caractéristiques sociologiques des seniors de 2030 seront déterminantes pour comprendre ce que seront leurs besoins, leurs aspirations, leurs envies, leur façon de consommer. En 2030, la génération des premiers baby-boomers parviendra à l’âge de 85 ans. Il est fort à parier que ces personnes âgées-là n’auront pas les mêmes réflexes que leurs parents nés avant-guerre. Ils ont potentiellement la capacité de changer totalement la façon d’appréhender la prise en charge du vieillissement. »

 

Consulter l’intégralité du rapport
Consulter la synthèse

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0Email this to someone

Articles qui pourraient vous intéresser :

Tags :